Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


"Pour ceux qui ne tolèrent pas (la nouvelle formule, ndlr), l'ancienne formule du Levothyrox sera disponible à partir du 2 octobre dans les pharmacies", a déclaré la ministre à l'antenne de RMC.
source : AFP


dimanche 28 janvier 2007

La maladie de Basedow.

La maladie de Basedow est une maladie auto-immune. C'est à dire que les anticorps sensés protéger des virus et de diverses bactéries et microbes, se retournent contre l'organe et se mettent à l'attaquer. 

C'est une maladie auto-immune induite par les anticorps et plus précisément les antirécepteurs de la TSH appelés aussi TSI, TBII ou encore TRAK.
La TSH normalement, elle contrôle le fonctionnement de la thyroïde en fonction du besoin en hormones.
Quand il faut des hormones, la TSH augmente.
Quant il y a trop ou suffisamment d'hormones la TSH diminue.
Or dans le cas de la maladie de Basedow, la TSH n'a plus aucun contrôle. Ce sont les antirécepteurs qui ont prit la direction des opérations.
Ils bloquent la TSH et l'abaissent. Mais en même temps, ils stimulent la thyroïde qui alors se met à produire des hormones en quantité trop importante.
La thyroïde produit naturellement tout le temps des hormones qu'elle stockent. Et sous l'influence de la TSH et avec l'aide de la thyroglobuline, elle injecte les hormones dans le sang. Avec la maladie de Basedow, elle produit des hormones en excès, les injecte dans le sang et en stocke aussi beaucoup et dans ce cas on voit alors apparaitre un goitre.
La thyroglobuline pour suivre le flux des hormones, augmente et cela peut alors entrainer la production d'anticorps antithyroglobuline qui ainsi tentent de réguler le trop d'hormones. Moins de thyroglobuline, moins (normalement) d'hormones dans le sang.
La thyropéroxydase, elle, est chargée de capter les iodures dans le sang et de les amener dans la thyroïde. Donc plus la thyroïde produit d'hormones, plus elle a besoin d'iode. Plus elle a besoin d'iode, plus elle a besoin de thyropéroxydase. Et plus de thyropéroxydase = plus d'iode = plus d'hormones. Donc pour réguler aussi cela, l'organisme produit des anticorps antithyropéroxydase. Ce qui permet de limiter les dégâts et que l'hyper ne soit pas démesurée.

Mais parfois l'organisme n'arrive pas à réguler tout cela tout seul et il faut l'aider.
Le traitement freinateur type Néo-mercazole, Basdène,... etc, permet de freiner la thyroïde qui du coup produira moins d'hormones.
Comme la thyroïde se calme, cela a (normalement) un impact direct sur les antirécepteurs de la TSH qui diminuent ou du moins leur action est freinée voire stoppée et ensuite ils diminuent et reviennent sous la norme. C'est alors une rémission. Pas une guérison. La maladie de Basedow n'est pas curable.

Le Thyrozol en freinant la thyroïde va provoquer une hypothyroïdie, pas agréable à subir, mais il faut en passer par là, un tout petit moment, histoire de bien calmer la thyroïde et surtout les anticorps.
En général, dès que la TSH arrive à remonter aux alentours de 2 mais que les hormones sont suffisamment redescendues et les deux hormones, on peut alors ajouter un traitement substitutif type Levothyrox, qui permet d'apporter à l'organisme les hormones dont il a besoin. Mais on prend les deux traitements en même temps.

Le diagnostic : est réalisé par le biais d'un bilan sanguin. On fait la recherche des auto-anticorps antithyroïdiens :
- les anticorps anti-thyropéroxydase dit anti TPO présents chez 90 % des patients.
- les anticorps anti-thyroglobuline dit anti TG présents chez 25 % des patients. La connaissance de la présence et du taux des anti TG sont importants dans un contexte thyroïdien oncologique. Effectivement, la présence de ces anticorps doit être connue afin d'interpréter correctement le taux de thyroglobuline dans un bilan et suivi de carcinome thyroïdien bien différencié.
- les anticorps anti récepteurs de la TSH dit anti TRAK qui eux signent réellement la maladie.
On réalisera également une échographie thyroïdienne qui permet de dépister un goitre et d'éventuels nodules. Une scintigraphie est aussi à faire afin de vérifier qu'il n'y ait pas un nodule dit toxique associé. Car ce type de nodule ne répondant à aucun traitement, une opération est de suite programmée.

Les symptômes : sont les mêmes que l'hyperthyroïdie à laquelle elle est toujours associée.
En effet là où il y a Basedow, il y a une hyperthyroïdie, ce qui n'est pas forcément le cas avec Hashimoto et l'hypothyroïdie.

Remarque :
Donc, lorsqu'il y a des anticorps antirécepteurs de la TSH positifs mais associés à une hypothyroïdie alors qu'il n'y a aucun traitement, il ne s'agit pas alors d'une Basedow. Il s'agit là d'anticorps bloquants. Voir la partie Remarque importante.


Traitement :
Il dure en général 18 mois maximum.
La maladie de Basedow est traitée par traitement freinateur, type Néo-mercazole, Basdène, PTU, qui permet d'une part de faire diminuer le nombre d'hormones T3 et T4 et ainsi faire remonter la TSH, et d'autre part faire diminuer les antirécepteurs de la TSH qu'il faut surveiller tout au long du traitement.

Au bout de quelques temps de traitement freinateur seul, et lorsque l'hypothyroïdie est observée, on ajoute un traitement de T4 (Levothyrox) pour tenter de rééquilibrer et stabiliser les taux thyroïdiens et ainsi retrouver l'euthyroïdie.
On vérifier régulièrement le taux des antirécepteurs de la TSH, car ce sont eux qui doivent être éliminés.
Donc ne vérifier que les taux thyroïdiens est loin d'être suffisant. On diminue progressivement le traitement freinateur tout en conservant le substitutif. C'est le bilan sanguin pratiqué régulièrement qui permettra de réajuster les deux traitements.
Lorsque les anticorps sont bas à nouveau et depuis un bon moment, on peut alors penser à vraiment diminuer le traitement freinateur mais très progressivement tout en maintenant le traitement substitutif qui sera lui aussi diminuer progressivement. Ensuite on pourra alors arrêter les traitements complètement.

Lorsqu'il y a rechute, on retente un traitement de 18 mois au besoin. Mais si cela ne donne pas des résultats satisfaisants, il faut souvent en arriver à l'opération. Opération qui pourra être faite avec l'utilisation du Lugol qui aide à préparer la thyroïde.
C'est un anti-coagulant qui permet d'empêcher des saignements importants pendant l'opération. La thyroïde étant très vascularisée surtout en hyperthyroïdie.
Et pas de sang pendant l'opération cela permet au chirurgien de mieux voir ce qu'il fait.
Le Lugol peut rendre la thyroïde un peu dur et provoquer quelques douleurs.

Remarque 1 : Une surveillance oculaire est nécessaire car la maladie de Basedow déclenche fréquemment des exophtalmies. Car pour 65 % des malades et même sans signe oculaire distinct, il existe une infiltration lymphocytaire de la musculature extrinsèque de l'oeil.
Remarque 2 : Le traitement permet la diminution des anticorps mais pas de façon directe. C'est en mettant la thyroïde au repos, que les anticorps "pensent" qu'il n'y a plus rien à attaquer et donc ils diminuent et disparaissent.
Le traitement, donc, en aucun cas, n'a d'action sur les anticorps de façon directe.
Seuls les immunosuppresseurs ont cette possibilité mais alors en "tuant" TOUT le système immunitaire; car ces traitements ne font pas la différence entre les anticorps et les auto-anticorps.

Remarque 3 : Il est nécessaire de faire un contrôle des globules blancs tous les 10 jours pendant le premier mois de traitement au minimum, histoire de vérifier que le traitement ne les fait pas chuter, ce qui est un risque souvent présent.

Lien intéressant : La maladie de Basedow
Pour en discuter, voir forums de la catégorie : MALADIES DE LA THYROÏDE

Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

Pourquoi ce blog ?

Ma photo
Valenciennes, Nord, France
Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

Archives.