Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


"Pour ceux qui ne tolèrent pas (la nouvelle formule, ndlr), l'ancienne formule du Levothyrox sera disponible à partir du 2 octobre dans les pharmacies", a déclaré la ministre à l'antenne de RMC.
source : AFP


lundi 25 février 2008

La rT3 ou T3 reverse = T3 non active.


Un ennemi très important : les hormones dites "reverse"

Normalement, 40 % de T4 sont convertis en T3, (désiodation périphérique de la T4 sous l'effet de la 5' monodésiodase.) T3 qui est donc l'hormone réellement active et qui est également sécrétée directement par la thyroïde mais en faible quantité. Mais aussi 60 % des T4 sont convertis en rT3.

La T4 et la T3 sous forme libre sont captées par les tissus par des mécanismes mal connus. Dans les tissus, notamment le foie, la T4 peut être transformée en T3 qui est la véritable molécule active, ou transformée en rT3 (reverse triiodothyronine dépourvue d'activité thyromimétique). La transformation de T4 en T3 est assurée par une enzyme l'iodothyronine 5'-désiodase dont on distingue deux types : le type I présent dans la thyroïde, le foie, le rein et le type II présent notamment dans le cerveau. La 5'-désiodase de type I est une enzyme à sélénium, cet élément étant incorporé dans une sélénocystéine. Cette enzyme est inhibée par le propylthiouracile, le propranolol et l'acide iopanoïque, agent de contraste non commercialisé en France.
En principe, les hormones thyroïdiennes ne traversent pas la barrière placentaire
Source : voir le premier lien en bas.

Remarque au sujet de : "En principe, les hormones thyroïdiennes ne traversent pas la barrière placentaire."
Elles ne passent pas la barrière placentaire mais sont nécessaires au développement de bébé.
Elles sont en fait présentes dans le cordon ombilical.
Donc il faut bien savoir que lorsqu'on analyse les T3 lors d'une prise de sang, sont donc comptabilisées les T3 actives mais pas les rT3 qui peuvent donc nuire aux T3 Et c'est ce qui peut expliquer que souvent même avec des T3 en quantité suffisante, on peut se retrouver avec des symptômes d'hypothyroïdie importants. Mais malheureusement les médecins eux n'en tiennent nullement compte. Ils se fient uniquement aux chiffres et quand encore ils acceptent de faire analyser les hormones.

Une partie de la T4 est transformée en T3 Reverse, ou rT3, qui n'a aucune action précise, sauf de bloquer l'action de la T3. La  rT3 sera ensuite désiodée en T2 puis T1. La T2 serait utile à la fonction ovarienne.
La rT3 est donc un ennemi direct de la T3 qui est absolument (pour rappel) nécessaire à CHAQUE cellule de l'organisme.
En effet, la rT3 peut bloquer l'action de la T3. Mais la rT3 reste utile malgré tout et donc il en faut tout de même dans l'organisme. Mais un excès peut être très nuisible à la T3.
Mais surtout il peut aussi lorsqu'il existe un stress important suite à différentes situations comme problème au travail, décès,.... etc, l'organisme, et plus particulièrement les surrénales, augmentent la production de cortisol qui lui peut limiter la conversion des T4 en T3, mais en augmentant la conversion de T4 en rT3. Bilan un risque assuré de manque de T3 = hypothyroïdie.

Lorsqu'il y a suffisamment d'hormones T4 dans le sang pour produire les hormones T3, l'organisme transforme alors les T4 qui n'ont pas servit d'une façon ou d'une autre et qui n'ont pas été éliminées, en rT4 et plus souvent en rT3 pour la production des T1 et des T2, normalement.
Cela permet de ne pas se retrouver avec un excès de T4 que l'organisme pourrait se mettre à convertir en T3 ce qui provoquerait alors une hyperthyroïdie.
Donc en fait les rT3 sont utiles à un moment mais peuvent devenir le pire ennemi des hormones qui nous sont vitales : les T3 libres.
Mais elles sont utiles aussi pour la production des T1 et des T2. Les T2 pouvant avoir un rôle dans le fonctionnement ovarien, mais il faut bien dire qu'au sujet des hormones T1 et T2 on (la médecine) sait peu de choses.

Certains évènements (voir liste ci-dessous) peuvent amener l'organisme à produire plus d'hormones T4 qu'il pourrait alors convertit en hormones T3 reverse, ce qui entraînerait que même avec beaucoup de T3 (donc actives,) on serait en hypothyroïdie. Les rT3 pouvant alors agir sur l'action même des T3, explication de ce phénomène juste après.
Mais surtout ces évènements (stress) peuvent amener l'organisme à carrément se tromper et qui se mettra alors à produire plus de rT3 au lieu même des T3 qui ne seront elles plus produites. Donc l'hypothyroïdie serait très fortement ressentie mais pas pour autant visible aux analyses de sang.

Les T4 et un peu de T3 sont produites, comme nous le savons, normalement par la thyroïde alors que r-T3 sont produites par la mono-desiodisation de la thyroxine dans les tissus périphériques de différents organes.
Les rT3 ont cependant tendance à bloquer l'action des T3, qui en règle générale, savent résister, mais quand il n'y a pas de maladie thyroïdienne.
Lorsqu'une pathologie thyroïdienne existe comme par exemple Hashimoto, mais aussi d'autres pathologies citées ci-dessous, la résistance est moins importante et donc même avec une quantité suffisante de T3 (actives), on peut être en hypothyroïdie car les rT3 vont empêcher les T3 d'atteindre les cellules et que celles-ci puissent remplir leur rôle.

Les pathologies qui peuvent empêcher la conversion des T4 en T3 mais en favorisant les rT3 sont :
  • un stress important et ce quel qu'en soit la raison. C'est en fait le taux de cortisol qui en augmentant fortement, entraine alors une surproduction des rT3.
  • un dysfonctionnement des glandes surrénales,
  • un taux de ferritine très bas,
  • une maladie hépatique,
  • un régime hypocalorique,
  • des régimes privatifs,
  • des régimes hyperprotéinés,....
Au niveau du stress, comme on le sait, il a tendance à faire grimper le taux de cortisol qui lui va empêcher la conversion des T4 en T3, mais favorisera en plus les rT3.
Plus la pathologie va perdurer plus la T3 sera éliminée et donc plus il y aura de rT3.
Mais le problème est, je le rappelle, que une simple analyse de sang de T3 habituelle, ne peut pas différencier les T3 actives des non-actives et donc les médecins disent "c'est bon" alors qu'en fait cela ne l'est pas, d'où parfois (et même souvent) on peut avoir des T3 correctes voire même de trop et avoir tous les symptômes de l'hypothyroïdie.
Et le problème est donc que les rT3 se mêlant au T3 dans la prise de sang ou justement n'étant pas différenciés par analyse, on ne peut donc pas savoir quelles quantités réelles de rT3 sont présentes. Il faut une analyse spécifique pour le savoir. Analyse qui ne se fait pas dans les laboratoires classiques.

Des traitements médicamenteux peuvent aussi être à l'origine de problèmes d'interprétations des résultats, car directement liés à la production des rT3 ou à la suppression de la production des T3 :
  • produits anesthésiants
  • des composés organiques iodés
  • les corticoïdes, intervenants donc directement sur la production du cortisol on le faisant augmenter,
  • le Propranolol,
  • la Clomipramine
  • l'amiodarone
  • Le Phénobarbital,
  • la Carbamazépine,
  • le Primidone, ...etc.
Ici en France, on n'analyse pas les rT3 ce qui par ailleurs provoque alors certaines erreurs de diagnostic.
Le problème tient surtout du fait que les médecins ne tiennent absolument pas compte de la possibilité de la présence de ces rT3. Ils les zappent complètement.
Le principe existe aussi avec les T4 et donc présence possible aussi de rT4, ce qui peut entraîner une quantité supérieure de T4 mais qui ne pourront pas être converties en T3.

Donc concrètement :
Lorsqu'il y a trop de T4, l'organisme, peut synthétiser des T3 pour empêcher l'hyperthyroïdie mais en produisant non pas des T3 actives mais des T3 reverse donc les rT3.
Mais aussi le problème peut survenir à la suite d'un stress ou d'un problème de maladie des surrénales qui entraine l'augmentation du taux de cortisol par exemple. A savoir qu'un manque de cortisol peut aussi être à l'origine d'un manque de conversion des T4 en T3. Donc les surrénales doivent être contrôlées régulière lorsqu'il existe un problème thyroïdien. 
Donc en fait, on peut se retrouver avec un taux de T4 abaissé, ainsi que beaucoup de T3 mais être bel et bien en hypothyroïdie, car les rT3 bloquent la fonction même des T3.
Donc il serait logique que cette analyse de rT3 soit faite systématiquement comme doit l'être celle des T3. Ce qui  serait, alors, une sacrée aide pour nous tous.
Car ainsi on pourrait déjà savoir exactement les besoins réels de T4 qui nous donnerait les T3 actives nécessaires sans risquer la présence des rT3. Mais cela nécessite donc l'analyse des T3L et des rT3.

De quoi faire réfléchir votre médecin.
On sait que le seul traitement prescrit habituellement est un traitement à base de T4 qui peut ne pas être suffisant du tout en cas de la monodésiodase qui empêchera la conversion en T3.
Et l'analyse des hormones thyroïdiennes simple T3L et T4L n'est pas suffisante non plus et on devrait pouvoir faire analyser aussi les rT3.
Ce qui bien entendu, implique encore plus que la seule petite TSH est insuffisante pour déterminer l'importance d'une pathologie thyroïdienne, malgré ce que bien souvent les médecins nous rabâchent.

Dans le cas, où un excès de rT3 est bien observé, la seule façon de traiter ce problème est de diminuer ou d'arrêter la prise de T4. Les rT3 étant produites par l'organisme à partir de la T4 =  + de T4 =  + de rT3.
La prise de T3 par Cynomel, alors est nécessaire dans ce cas, car les hormones sont vitales à l'organisme et surtout donc les T3 actives. Euthyral contenant également de la T4 on évitera.

A SAVOIR :
Il semble qu'il soit possible de faire analyser les rT3 dans un laboratoire de Lyon : Bionmis.
Le coût est de 73 €.
Mais d'autres labos font aussi cette analyse. Les coûts peuvent varier et donc renseignez-vous. Il faut compter une fourchette de 70 à 100 €, donc non négligeable et il vaut mieux être prévenu. 
Donc voir avec votre labo, pour qu'il fasse le prélèvement et le fasse parvenir au labo qui pratique cette analyse.
Mais attention, il se peut aussi que du coup la prise de sang soit faite dans le vide, car votre médecin lui peut ne pas vouloir en tenir compte.
Cela vous permettra de savoir, pour vous qu'effectivement le problème est bien là, et appuyer alors auprès du médecin de s'intéresser un peu plus à ces éléments perturbateurs. 

Liens intéressants :
Wilson reverse T3 dominance. En anglais, traduction google correcte à part 2 ou 3 "anomalies".
Hormones thyroïdiennes T3 et T4 : Distribution.
Perturbations des dosages thyroïdiens. 

Pour en discuter, voir forums de la catégorie : Discussions générales (sous-forums : analyses) 

Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

Pourquoi ce blog ?

Ma photo
Valenciennes, Nord, France
Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

Archives.