Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


mercredi 4 janvier 2012

Prise de poids : la thyroïde et ses hormones seules responsables ?

On le sait, bien souvent, un problème subsiste lorsqu'il y a hypothyroïdie, c'est la prise de poids, ou l'impossibilité d'en perdre. 
La thyroïde et ses hormones sont-elles vraiment en cause ? 
Et si oui, sont-elles seules ?

Les hormones thyroïdiennes sont très importantes dans le processus.. 
Et elles ne sont pas seules.

En fait, un gène est lui aussi en cause: le gène Mc4r
Ce gène gère les informations de la quantité de graisse stockée dans les tissus. 
Ce contrôle est important pour la production de leptine qui est l'hormone de satiété. Elle permet de réguler l'appétit. Si on en manque, la satiété, n'est pas ressentie, et cela peut entrainer des excès de nourriture. 
Lorsque ce gène fonctionne correctement, cela permet de manger moins mais aussi, cela permet de pouvoir utiliser plus les graisses transformées ainsi en énergie.

Or ce qu'un laboratoire de Recherches à mit en avant, c'est que ce gène était directement lié aux hormones thyroïdiennes. A savoir :
Les chercheurs du laboratoire Évolutions des régulations endocriniennes (MNHN/CNRS) ont montré que l'expression de ce gène est réprimée par un signal du système endocrinien, l'hormone thyroïdienne qui orchestre les dépenses énergétiques de l'organisme. Pour cela, plusieurs zones d'expression du gène Mc4r dans le cerveau affectant le métabolisme et la prise alimentaire ont été étudiées : le noyau paraventriculaire, le noyau arqué et le tronc cérébral. Dans chaque site le Mc4r est réprimé par les hormones thyroïdiennes.
 Les résultats de cette recherche montrent donc que dans le cerveau le gène Mc4r relie directement les informations sur l'état des réserves d'énergie du corps (leptine) avec celles qui régulent les dépenses énergétiques (hormone thyroïdienne). Ces résultats démontrent que le cerveau dispose d'un moyen fin pour ajuster la consommation d'énergie à l'approvisionnement énergétique : les signaux négatifs de l'hormone thyroïdienne sur l'expression du gène Mc4r. Cette constatation a des implications majeures pour la santé humaine, une femme sur huit souffrant de dérèglements de la thyroïde.

Source : Presse du CNRS

D'après ce que j'en ai compris :
Le gène lorsqu'il a suffisamment d'hormones thyroïdiennes, est freiné ce qui permet de réguler les besoins en leptine et surtout permet de bien contrôler les réserves en graisses.
En cas d'hyperthyroïdie où les hormones sont très nombreuses, : il y a augmentation de l'action du gène ce qui diminue la production de leptine et donc augmente l'effet de faim, tout en réduisant les réserves de graisses dans l'organisme.
A l'inverse, l'hypothyroïdie avec son manque d'hormones ne permet pas ce freinage.  La leptine est  produite en grand nombre ce qui entraine la perte d'appétit et de plus ne permet pas le contrôle des réserves en graisses. Il y a alors accumulation.

Résumé :
Eh hyperthyroïdie :  l'action du gène est augmenté = production de leptine diminuée puisque le freinage n'est pas correct = appétit augmenté et réserves des graisses vidées.
En hypothyroïdie :  l'action du gène est freinée trop fortement = production de leptine augmentée = appétit diminué et réserves de graisses conservées, voire accumulation.

Donc, il est clair que le manque d'hormones thyroïdiennes est directement en cause dans le problème de poids. Et que même si un traitement est mit en place, il n'est pas forcément suffisant. Il faut qu'il y ait suffisamment d'hormones thyroïdiennes pour permettre au gène de faire son travail. 
Les hormones qui régulent le mieux les énergies c'est l'hormone T3. C'est elle qui permet à l'organisme de bruler les sucres et les graisses. 

Si une preuve de plus, devait être donnée que les hormones thyroïdiennes et surtout les T3 sont indispensables au bon fonctionnement de l'organisme, cet article, et des plus sérieux puisque il s'agit d'un article du site du CNRS, le confirme bien. A montrer aux médecins sceptiques. Imprimez le lien de la source.

A lire également :  L’hormone thyroïde permet de contrôler l’appétit

Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

Pourquoi ce blog ?

Ma photo
Valenciennes, Nord, France
Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

Archives.