Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


dimanche 30 septembre 2007

Le test au TRH.

ATTENTION : ce test n'est actuellement plus disponible.
On espère qu'un équivalent soit mis sur le marché le plus rapidement possible.

Lorsque l'hypophyse est en cause dans une hypothyroïdie ou une hyperthyroïdie, il est conseillé de faire un test au TRH qui est une hormone sécrétée par l'hypothallamus : Thyrotropin Releasing Hormone.

Ce test consiste à une première prise de sang, en intra-veineuse à jeun et après un temps de repos d'au moins 15 minutes.
Ensuite, on injecte le TRH afin de faire réagir l'hypophyse.

L'injection se fait lentement sur 1 ou 2 minutes.
1 ampoule de 250 µg chez l'adulte et 200 µg/m2 en fonction de la surface corporelle, chez les enfants.

On pratique ensuite un prélèvement sanguin soit une fois ou même en plusieurs fois à 15, 30, 60 et voire 120 minutes de délai.
Le plus souvent 15 et 30 minutes suffiront puisque le pic de la réaction est à 30 minutes.
1. Réponse normale : augmentation de 5 microU après 20 minutes ce qui est égal à environ une augmentation de 2 ou 3 fois la valeur de départ.

2. Réponse positive : la TSH déjà élevée au départ sera, à 30 minutes, encore plus élevée et peut meme aller jusqu'à 5 fois la première valeur, donc celle qui correspond au prélèvement fait avant l'injection.
Dans ce cas on conclura à une insuffisance hypophysaire. Lors des hypothyroïdies frustres (taux des T3 et des T4 dons les normes) la réponse au test sera très forte, elle explose carrément.
Il faudra compléter les investigations en pratiquant une IRM hypophysaire.
Dans le cas, ou cette IRM confirme et indique la nature du dysfonctionnement de l'hypophyse, le traitement de cette dernière peut être également le traitement du dérèglement thyroïdien.
Dans ce cas, on s'abstiendra de tout traitement thyroïdien sauf si ce dérèglement persiste.

3. La TSH est basse lors du premier prélèvement : elle monte normalement et puis elle s'éleve fortement très tardivement, il s'agit alors d'un déficit en TRH endogène (= l'organisme ne produit plus son propre TRH) donc le dysonctionnement est alors plus situé au niveau de l'hypothalamus.

4. Pas de réponse, la TSH reste à sa même valeur, plusieurs possibilités : 
  • maladie de Basedow
  • hyperthyroïdie frustre
  • tumeur hypophysaire
  • petite hypophyse (nanisme hypophysaire)
  • prise de neuroleptiques
  • adénome prétoxique
  • nécrose ischémique
5. Il existe bien une élevation de la TSH mais qui reste cependant très basse : dépression ou alcoolisme peuvent être la cause.



Pour en discuter voir le forum et sous-forums : Discussions générales.

samedi 22 septembre 2007

Recommandations pour bien prendre le Levothyrox.

Le Levothyrox ou plus exactement la thyroxine qu'il contient entraîne des recommandations précises pour éviter les mauvaises associations, la mal-absorption ou assimilation de la molécule.
Ici, il est question de la recommandation pour le Levothyrox mais cela implique la prise des autres traitements également qu'il soit uniquement à T4 ou à T3, ou associant les deux.

Il est donc recommandé en priorité de prendre la thyroxine :

  • A jeun 30 minutes avant le petit déjeuner. Ceci afin d'éviter qu'une importante quantité des hormones, ne disparaisse dans le bol alimentaire et être ainsi digérée avant d'avoir rempli son rôle. Cette condition permet à la levothyroxine d'agir pleinement.
  • Attendre au minimum 2 heures avant de prendre tout autre traitement. 4 heures étant le mieux. Voir l'article sur : Les médicaments et la levothyroxine.
  • Ne pas prendre la levothyroxine avec un jus de fruit. Surtout le pamplemousse.
  • Eviter le soja. En effet le soja inhibe les hormones thyroïdiennes et donc la levothyroxine. Attention certains aliments sont à éviter également : ail, oignons, choux, arachides,........
  • En cas d'oubli de votre comprimé : si vous vous rendez compte de votre oubli avant midi vous pouvez le prendre de suite. Après mieux faut éviter car vous risqueriez de ne pas dormir la nuit qui suit.
  • En cas de double prise (déjà vu une prise le matin et une erreur a fait reprendre une dose le soir) : ne pas reprendre la dose le lendemain matin et ne la reprendre que le surlendemain. Ceci permettra d'éviter un surdosage et les effets négatifs qu'il pourrait entraîner : insomnies, palpitations,.....
  • Lorsqu'on commence le traitement, il arrive que dans les 15 jours/3 semaines qui suivent, il y ait un ressentit de symptômes qui feraient penser à un surdosage. C'est normal. Surtout ne pas arrêter ou diminuer le dosage. Les choses vont rentrer dans l'ordre. C'est tout simplement l'organisme qui réagit et surtout qui se remet en marche. En effet, l'hypothyroïdie ayant ralenti fortement chaque partie et fonction de l'organisme, celles-ci reprennent un rythme plus rapide et c'est ce qui provoque ces symptômes. Pour éviter ces effets, on peut tout simplement augmenter le dosage de façon plus progressive en passant par des paliers de 12,5 µg.
Voir aussi l'article : La levothyroxine le soir ???


ATTENTION REMARQUE
Lorsque vous avez un traitement pour l'épilepsie, le coeur, le diabète, ces traitements sont prioritaires sur le Levothyrox.
Dans ces cas précus vous respectez les conditions de la prise de ces médicaments.
C'est le Levothyrox qui sera alors adapté en fonction de ces traitements et pas le contraire.

Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

Pourquoi ce blog ?

Ma photo
Valenciennes, Nord, France
Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

Archives.