Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


"Pour ceux qui ne tolèrent pas (la nouvelle formule, ndlr), l'ancienne formule du Levothyrox sera disponible à partir du 2 octobre dans les pharmacies", a déclaré la ministre à l'antenne de RMC.
source : AFP


lundi 28 juillet 2008

Quand et comment faire un contrôle sanguin ?

Le contrôle sanguin est très important dans le suivi des maladies thyroïdiennes et surtout dans les hypothyroïdies afin d'avoir au plus proche le bon dosage du traitement.

Pour tous, hommes et femmes, enfants.

Les premières recommandations sont de les faire dans les mêmes conditions, à savoir :
  1. dans le même laboratoire
  2. si vous avez fait le premier contrôle à jeun, les autres devront l'être également
  3. privilégier aussi le même créneau horaire
  4. si un traitement médicamenteux à été arrêté ou prit entre les deux examens, en tenir compte 
Il n'est pas nécessaire que le bilan soit fait à jeun. Mais si la prise de sang de contrôle est faite en association avec d'autres analyses, comme la glycémie ou le cortisol, il faut alors respecter les consignes de ces analyses.

      Pour les femmes uniquement.

      Il y a une précision très importante : tenir compte du cycle menstruel.
      En effet, le besoin d'hormones étant différent tout au long du cycle menstruel (voir : Les hormones thyroïdiennes, la pilule et le cycle féminin ) il est donc plus qu'important de faire la prise de sang de contrôle dans la même phase du cycle. Sans quoi il y a aura incohérence dans les résultats.
      La préférence est donnée en phase folliculaire soit à J3 ou J5. 

      Pour en discuter voir le forum et sous-forums : Discussions générales.

      vendredi 4 juillet 2008

      Le Cynomel ou la T3 comment ça fonctionne ?

      Le Cynomel ou l'Euthyral, le Téatrois sont les médicaments dans lesquels on trouve l'hormones thyroïdienne T3L de synthése.

      La T3L est l'hormone réellement et la seule active.

      Les médecins en ont peur et sont frileux à la prescrire tout simplement parce que justement elle est très active.
      Ce qui implique que si elle est très active son manque comme sont trop, engendrent des problèmes dans tout l'organisme.
      Et ça les médecins ne l'admettent pas du tout voire même le nient carrément.
      Oh ils ne le nient pas quand il y en a de trop mais trop peu pour eux, ce n'est pas un problème.

      La T3L en trop grande quantité peut provoquer des palpitations cardiaques, des diarrhées, une fonte musculaire, de la nervosité,.... enfin tous les symptômes de l'hyperthyroïdie.
      La T3L en trop petite quantité, peut provoquer donc tous les symptômes de l'hypothyroïdie.

      Le problème de la prescription de la T3L en complément du Levothyrox ou d'un traitement de T4L comme le L-thyroxine, vient de plusieurs choses :
      1. l'action rapide et très (trop ?) importante de l'hormone
      2. le dosage de la molécule dans les comprimés est trop important. En effet l'Euthyral contient 20 µg, le Cynomel 25 µg, le Téatrois 0,35 mg
      3. la nécessité de devoir prendre de petits dosages en plusieurs prises
      4. et en plus, une erreur des médecins qui l'associent au dosage de la T4 sans faire au préalable une diminution de la T4 ce qui entraîne alors une double dose, mais je vais développer.
      1. L'action rapide.
      La T3L a en effet une 1/2 vie de 24 heures.
      Donc voir le principe de la 1/2 vie d'un médicament qu'il s'agisse du Levothyrox ou d'un autre le principe est le même. C'est la durée qui diffère.
      L'action de la T3 est très rapide mais aussi très courte car elle s'élimine rapidement.
      L'action de la T3 est importante car chaque cellule de l'organisme à besoin de la T3 car cette hormone agit au niveau de toutes les cellules de l'organisme et participe à l'élaboration de l'énergie.
      Donc la T3L est VITALE à TOUT l'organisme.

      2. Le dosage trop important des comprimés.
      Les comprimés contiennent une dose importante de la molécule ce qui les rend particulièrement dangereux et surtout inadaptés aux besoins réels du patient.
      Il faut les prendre par 1/4 ou 1/2 mais surtout en plusieurs prises en évitant les prises trop tardives dans la journée qui peuvent alors entraîner des insomnies.

      Pourquoi est-il trop important ?
      Parce que les raisons du manque de T3L sont :
      • la conversion de l'hormone T4L ne se fait pas correctement
      • pas suffisamment
      • pas du tout.
      Ce manque d'hormones ne veut pas dire pour autant qu'il faille prendre la quantité nécessaire le matin et qu'ensuite cela est bon pour la journée. Pas du tout, mais ça c'est le point 3.

      3. De petites doses plusieurs fois par jour.
      Bien entendu, puisque que comme vu plus haut, la T3L est très active et très rapidement.
      Donc une quantité trop importante d'un coup, donne une action rapide et surtout trop hormones présentes de quoi se faire un bon électrochoc, ce qui n'est absolument pas bon pour l'organisme, qui en fait n'a besoin que de petits coups de pouce, plusieurs fois par jour, comme le fait normalement notre organisme quand tout va bien.

      Donc un petit dosage plusieurs fois par jour, sera bien plus efficace et surtout plus sûr qu'un dosage fort en une seule prise.

      4. Nécessité de diminuer le dosage de la T4L lors de l'ajout de la T3L.
      Les médecins lorsqu'ils donnent un apport de T3, l'ajoutent au dosage de la T4, ce qui est une grosse erreur puisque comme on le sait la T4 permet elle de produire de la T3 par conversion, ce que fait notre foie.
      Donc si on ajoute de la T3 à un dosage de T4 sans diminuer ce dernier, on risque de se retrouver avec un trop d'hormones et ce même si le taux de T3 est vraiment très bas, et même si il est hors norme minimale.

      Pourquoi ?
      • Parce que la T4 en trop, peut alors elle aussi donner des symptômes désagréables ressemblant à ceux de l'hyperthyroïdie.
      • La T3 à besoin d'elle-même pour être convertie par le foie. C'est-à-dire qu'un apport de T3 directe par un traitement peut alors aider notre foie à mieux convertir la T4. Donc un apport supplémentaire de T3 doit être prit en compte.
      Ces éléments doivent être prit en compte de suite car on ne sait pas comment l'organisme va réagir.
      Donc par prudence, il est préférable de faire la posologie tout doucement, en procédant par paliers, de petits dosages des deux hormones au fur et à mesure.

      Donc lorsqu'on doit ajouter de la T3 à un traitement déjà existant de T4, il est impératif de diminuer d'abord la T4, et d'ajouter la T3 par petites doses.

      Exemple :
      On a déjà un traitement de 100 µg de Levothyrox.
      On commence alors par 1/4 de Cynomel par exemple, ce qui donne 6,25 µg mais on diminue alors de 25 µg minimum le Levothyrox.
      En principe on compte 25 µg de T4 en moins pour 5 µg de T3 ajouté.

      REMARQUE :
      Comme je le disais en début d'article, les comprimés sont trop dosés.

      Je commencerais par l'Euthyral qui contient 100 µg de T4 et 20 µg de T3 par comprimé.
      Donc 1/4 de cp d'Euthyral nous donne 5 µg de T3 et 25 µg de T4. Ce qui est un bon rapport mais pas très facile à gérer.
      Car si vous voulez par exemple, n'augmenter que la T3, vous devez obligatoirement augmenter aussi la T4.
      Si vous voulez augmenter la T4 uniquement, vous pouvez le faire mais alors en y associant du Levothyrox ou de la L-thyroxine.

      Quant au Cynomel lui doit alors être associé à un traitement de T4 soit le Levothyrox ou le L-thyroxine.
      Mais il peut dans certains cas être prescrit seul. Après une opération de la thyroïde pour cancer en attendant la cure d'iode par exemple.
      Le Cynomel contient donc 25 µg de T3 par comprimé, ce qui est bien de trop.
      Même 1/4 de cp donne un dosage trop important en 1 prise car bien des personnes ont besoin ne serait-ce que d'un 1/4 de ce 1/4, plusieurs fois par jour.

      Comme aux USA, il existe le Cytomel qui est en deux dosages : 25 µg et 5 µg.
      Ce qui fait que 1/4 de cp de 5 µg ne donne que 1,25 µg et parfois c'est suffisant pour une prise. Ou même 1/2 cp serait suffisant puisque alors on peut alors renouveler la prise à 2 ou 3 heures d'intervalle.
      Cela donne le petit coup de pouce nécessaire, mais sans donner les risques de nervosité, palpitations ou de tremblements qui sont souvent alors associés et surtout craint des patients.

      Je ne parlerais pas du Téatrois, car déjà le traitement n'est pas remboursé par la sécurité sociale et en plus il contient donc lui 0,35 mg de T3 ce qui est encore bien plus dosé et donc encore bien plus à risques.
      Ou alors là c'est pour les cas où les personnes n'absorbent ou ne convertissent absolument pas la T4 et dans ce cas la seule solution est uniquement la prise de T3.

      Le Levothyrox comment ça fonctionne ?

      Le Levothyrox est un traitement substitutif qui contient l'hormone T4. Il permet de compléter ou/et de remplacer les hormones T4 que la thyroïde ne fabrique plus, mais aussi il permet de mettre la thyroïde au repos.

      On le prend au quotidien mais c'est sur la semaine que le dosage est comptabilisé.

      Bien des personnes, après avoir prit un premier dosage, disent que pendant les 3 premières semaines elles se sont senties mieux et puis qu'ensuite les symptômes d'hypothyroïdie sont réapparus et parfois même plus intenses qu'avant la prise du traitement et surtout qu'en prenant le Levothyrox elles se sont mises à prendre du poids.
      C'est normal et l'explication est simple.

      Lorsque la thyroïde fabrique goitre et nodules c'est parce qu'elle s'épuise, à force de vouloir produire les hormones que lui demande l'hypophyse sous la stimulation de la TSH.
      Le Levothyrox permet d'avoir dans l'organisme les hormones que la thyroïde n'arrivait plus à produire, et pour lesquelles elle s'épuisait.
      Le Levothyrox fait redescendre la TSH.
      La thyroïde alors se met au repos mais pas complètement, elle continue de produire des hormones mais en quantité moins importante, mais surtout elle ne s'épuise plus à le faire.
      Cela permet alors au goitre et au nodule de pouvoir commencer à diminuer ou du moins dans les premiers temps de ne plus évoluer.

      Donc avec la prise du tout premier dosage de Lévothyrox, la thyroïde se met au repos, et au tout début le traitement permet un apport supplémentaire d'hormones.
      Cela se ressent très souvent pendant les 3 premières semaines et même assez fortement avec des symptômes tels que :
      • insomnies
      • maux de tête (intensité très variable)
      • diarrhées ou selles plus molles
      • nervosité
      • quelques palpitations.
      Ces symptômes qui sont tout à fait normaux, vont ensuite s'estomper.

      Donc surtout ne pas prendre peur en se disant qu'on est passé en hyperthyroïdie car ce n'est pas le cas. C'est simplement l'apport supplémentaire d'hormones qui permet à l'organisme de se remettre en route.
      Ensuite, ces symptômes font généralement place à la réapparition des symptômes d'hypothyroïdie qui peuvent même être dans certains cas, + importants qu'avant la prise du traitement. C'est encore normal !
      C'est dû au fait que l'apport en hormones supplémentaires du Levothyrox est bien moins important car dans les 3 premières semaines ce n'est que 87,5 % du dosage du traitement qui est dans l'organisme et ensuite seulement 12,5 % sur 3 semaines. Donc l'apport supplémentaire là est vraiment minime et donc difficilement ressentit pour pas dire pas du tout.

      Mais il y a aussi un autre fait qui est à prendre en compte, c'est que la thyroïde produit elle aussi alors dans le même temps, MOINS d'hormones puisque la TSH diminuant à cause de l'apport de Levothyrox,  ne stimule plus autant la thyroïde. Donc cette dernière, ne produit plus la quantité d'hormones que le Levothyrox apportait en supplément, mais il se peut qu'elle produise même encore moins d'hormones.
      Le Levothyrox ne fait plus alors que combler qu'une petite partie (ou en totalité) le manque d'hormones qui existait faute de production naturelle de la thyroïde.
      D'ailleurs, il est courant de voir qu'avec le traitement, le taux des hormones à la prise de sang, est parfois encore plus bas qu'avant de commencer le traitement.
      Et c'est donc parfaitement normal.

      L'augmentation ensuite du dosage du Levothyrox permet petit à petit de réguler ces phénomènes, mais surtout de réguler le travail même de la thyroïde, afin qu'elle puisse travailler encore mais sans plus se fatiguer de trop. Ce phénomène peut perdurer sur plusieurs augmentations du traitement puisque à chaque fois la thyroïde ralentira son travail de la même façon et pour les mêmes raisons.

      REMARQUE : les médecins, bien souvent, disent que le traitement n'agit pas sur les nodules pour les faire diminuer, car pour eux si cela était le cas, on devrait voir une différence dans au moins les 3 premiers mois et au plus à 6 mois de traitement.
      Vu l'action du Levothyrox et la mise au repos de la thyroïde comme je viens de l'expliquer, il est donc normal que ce que disent les médecins soit fortement remit en cause.

      Plusieurs raisons que je récapitule :
      1. il faut 6 semaines pour que le Levothyrox soit en totalité dans l'organisme
      2. la thyroïde se met au repos et ne produit plus alors la quantité d'hormones que le Levothyrox apportait en supplément
      3. la thyroïde produit même moins d'hormones que le Levothyrox apporte, puisque elle est moins stimulée par la TSH que le Levothyrox fait diminuer
      4. il faut alors augmenter le Levothyrox ce qui implique qu'on recommence un cycle à partir du premier jour de l'augmentation du dosage du Levothyrox. Donc repart du point 1.
      5. les augmentations peuvent être multiples puisqu'il est conseillé surtout de ne pas augmenter le dosage du Levothyrox de façon trop importante (voir raisons un peu plus bas)
      Remarque : attention car chaque personne étant différente, les réactions seront aussi différentes. L'assimilation du traitement sera aussi différente.

      Donc il y a tout un processus qui doit être répété pour arriver à un fonctionnement plus doux pour la thyroïde et ce processus prend du temps.
      Alors si un nodule peut être influencé par le traitement thyroïdien, si il est petit on pourra peut-être vite voir un changement.
      Si il est supérieur à 20 mm, cela devient déjà plus difficile pour obtenir un changement même léger et donc encore plus difficile pour un changement radical.
      Aussi pour la diminution du goitre et des nodules, cela peut commencer à partir de 6 mois de traitement adapté et mettre  même jusqu'à un an avant de voir une modification.

      Les augmentations du Levothyrox.

      Il est conseillé de n'augmenter le Levothyrox que par paliers de 12,5 µg soit 1/2 comprimé de 25 µg.
      Pourquoi ?
      1. afin d'éviter que les symptômes ressentit dans les 3 premières semaines, ne soient trop forts et que la personne ne puisse pas le supporter
      2. afin que le dosage du traitement puisse être trouvé au plus juste et doucement, afin de ne pas avoir à revenir en arrière
      3. afin de permettre surtout à la thyroïde de s'habituer doucement à l'aide qui lui est apportée, et qu'ainsi elle se repose mais pas qu'elle s'endorme complètement. Il faut en effet qu'elle puisse continuer à apporter même en petites quantités, des hormones naturelles, de la calcitonine (que les médecins oublient très souvent et qui pourtant est indispensable) aussi entre autres .
      Donc pour l'augmentation, il est mieux de procéder comme suit :
      • augmenter progressivement le dosage, (paliers de 12,5 µg)
      • arriver au plus près du dosage qui peut donner de meilleurs résultats sanguins et aussi une amélioration des symptômes,
      • attendre au moins 3 ou 4 mois
      • refaire une prise de sang, et ainsi voir si il faut ou pas encore augmenter et si c'est le cas, de combien. Cela permet aussi de voir si il ne faut pas associer au Levothyrox, un traitement à base de T3.
      En faisant comme cela, on arrive alors à vraiment peaufiner au mieux le dosage.

      Vouloir aller trop vite, peut entraîner un arrêt brutal du fonctionnement de la thyroïde et ce n'est pas le but. On doit la freiner, la mettre au repos mais pas à la retraite.

      REMARQUE 1 : l'augmentation peut aussi se faire bien entendu par paliers de 6,25 µg soit 1/4 de comprimé de 25 µg.
      Ce qui permet par ailleurs de peaufiner le dosage et de permettre ainsi vraiment d'avoir un apport au plus juste du traitement.

      REMARQUE 2 :
      On peut aussi bien entendu ne faire une augmentation de 6,25 µg ou de 12,5 µg que quelques jours par semaine, ce qui permet encore d'être plus juste dans l'apport d'hormones fait.
      Car un dosage de Levothyrox peut être différent 1 jour sur deux ou sur trois en fonction des besoins puisque pour rappel on prend le traitement au quotidien mais il est comptabilisé sur la semaine.

      REMARQUE SPÉCIALE : Le Levothyrox ne fait pas grossir. C'est l'hypothyroïdie qu'il traite qui fait grossir. Mais un mauvais contrôle de la T3, peut lui faire grossir. Autrement dit, bien trop souvent les médecins ne se fient qu'à la T4. Or c'est la T3 qui est active. Et avoir beaucoup de T4, ne dit pas que l'on a suffisamment de T3. Et si on a trop de T4, et pas assez de T3, on prend du poids, mais aussi on conserve les symptômes de l'hypothyroïdie. Donc il convient de faire TOUJOURS contrôler les T3 en même temps que les T4 et la TSH. Et surtout il faut prendre en considération si les T3 sont proches de la minimale, ou inférieures à la moitié de la fourchette du labo.

      Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

      Pourquoi ce blog ?

      Ma photo
      Valenciennes, Nord, France
      Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

      Archives.