Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


vendredi 30 novembre 2007

Les anticorps bloquants.

Rappel :
Les anticorps antithyropéroxoïdases qui détruisent la thyroïde et les antithyroglobulines eux la thyroglobuline (ce qui empêche la thyroïde de fabriquer les hormones), sont très actifs dans la maladie d'Hashimoto alors que dans la maladie de Basedow, ils peuvent être présents mais ils sont inactifs.

Les antirécepteurs de la TSH sont les anticorps bloquants et ils sont responsables de l'hyperthyroïdie de la maladie de Basedow parce qu'ils stimulent la thyroïde.

La TSH est effondrée et cela signifie que l'hypophyse dit à la thyroïde qu'il y a trop d'hormones et que donc elle ne doit plus en produire. Mais la thyroïde continue de produire puisque ce sont les anticorps qui la stimulent sans cesse

Il arrive cependant que l'on soit en présence d'anticorps antirécepteurs de la TSH ainsi que bien évidemment présence d'anticorps antithyroglobulines et anticorps antithyropéroxoïdases ,mais dans le cadre d'une hypothyroïdie.
On peut alors penser, comme certains médecins le font, à une maladie de Basedow mais que les anticorps sont dits "bloquants".
Les anticorps sont bien bloquants mais la maladie de Basedow est toujours liée à une hyperthyroïdie.
Et donc dans ce cas précis, il peut s'agir d'une maladie d'Hashimoto ou d'une hypothyroïdie transitoire qui peut par la suite évoluer en maladie de Basedow.

Le dosage des anticorps dirigés contre les récepteurs à la TSH reste réservé à quelques laboratoires universitaires et permettent de confirmer certains diagnostics : anticorps bloquants (TBII) élevés dans la thyroïdite de Hashimoto, anticorps stimulants (TSI) majorés dans la maladie de Basedow.
Source

Remarque
1 :
Les anticorps antirécepeteurs de la TSH peuvent être présents dans la maladie de Basedow ou d'Hashimoto mais avoir 3 fonctions différentes :
  1. Stimulante
  2. Bloquante
  3. Sans action.
Remarque 2 :
Une simple analyse de sang afin de détecter la présence ou pas de ces anticorps antirécepteurs de la TSH ne permet pas de savoir si ils sont stimulants, bloquants ou non actifs.

C'est par l'analyse de la TSH ainsi que des hormones thyroïdiennes FT3 et FT4 qui permettra de savoir si donc on se trouve dans le cadre d'une maladie d'Hashimoto (hypothyroïdie) ou d'une maladie de Basedow (hyperthyroïdie).
Cela pourra aussi être vérifié en fonction de l'activité ou pas des anticorps antithyropéroxoïdases mais donc c'est au long terme puisque les anticorps peuvent être longs pour détruire la thyroïde.
Donc on peut malheureusement restés longtemps dans le doute. Mais fort heureusement ces cas sont excessivement rares.

L'échographie et la scintigraphie peuvent également aider au diagnostic.

Remarque 3 :
La fonction des anticorps antirécepteurs de la TSH n'est pas pour autant définitive.
En effet, il arrive donc ainsi qu'une maladie d'Hashimoto se transforme alors en maladie de Basedow.
Le contraire est également possible mais de façon beaucoup plus exceptionnelle.

Tous les anticorps antirécepteurs de la TSH ne stimulent pas forcément la thyroïde certains bloquent la TSH et donc la thyroïde n'est plus stimulée afin de produire des hormones.
La TSH sera basse ou élevée et même probablement normale, mais la thyroïde ne travaille absolument pas, elle ne répond pas aux stimulations de l'hypophyse.
L'hypophyse même si elle veut envoyer des signes à la thyroïde pour qu'elle fabrique des hormones, n'a aucun effet car les anticorps bloquent cet appel.
Ce qui a des conséquences importantes sur l'état général du patient ça c'est tout à fait certain, mais également sur l'hypophyse qui à force de s'épuiser à tenter de stimuler la thyroïde, va donc elle-même être malade. Et à ce moment-là d'autres glandes endocrines peuvent alors elles-mêmes être touchées.

Ce type d'anticorps sont fort heureusement très rarement vus car le traitement d'une telle pathologie est difficile à mettre en place.
Il faut d'abord traité l'hypothyroïdie afin de soulager l'hypophyse mais cela ne stoppe pas pour autant les anticorps qui eux peuvent rester présents très longtemps mais peuvent aussi disparaître ou arrêter leur action du jour au lendemain. Ce qui est très gênant pour le patient qui peut se retrouver très rapidement et donc de façon très sournoise en hyperthyroïdie qui peut avoir des degrés élevés et donc provoquer des accidents cardiaques.

Dans l'article de ce lien : Thyroïde vous pourrez également voir que des anticorps peuvent être responsables de l'exophtalmie, des goitres mais pas forcément tous.
Il existe plusieurs anticorps qui font partie des antirécepteurs de la TSH. Il s'agit des TSI; TGI et des bloquants.
Les TSI = Thyroïd Stimulating Immunoglobulin sont ceux retrouvés dans la maladie de Basedow et donc ceux qui stimulent la thyroïde.
Les TGI = Thyroïd Growth Immunoglobulin sont responsables de certains goitres.

Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

Pourquoi ce blog ?

Ma photo
Valenciennes, Nord, France
Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

Archives.