Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


"Pour ceux qui ne tolèrent pas (la nouvelle formule, ndlr), l'ancienne formule du Levothyrox sera disponible à partir du 2 octobre dans les pharmacies", a déclaré la ministre à l'antenne de RMC.
source : AFP


dimanche 28 janvier 2007

L'hypothyroïdie.

L'hypothyroïdie c'est la thyroïde qui «se repose» et qui met l'organisme au ralenti.

La grande responsable dans la plupart des cas, est la maladie d'Hashimoto.
D'où la nécessité absolue de demander automatiquement à votre médecin, si il ne le fait pas de lui-même, l'analyse des anticorps antithyroïdiens.

L'hypothyroïdie atteint 1,4 % de la population féminine. Les femmes étant plus facilement atteintes que les hommes à cause des différents évènements de leur vie, qui peuvent être à l'origine de bouleversements hormonaux comme : cycle menstruel, grossesse, accouchement, allaitement, pré-ménopause et ménopause.
L'hypothyroïdie est en très forte tendance à l'augmentation de façon conséquente depuis plusieurs années. Plusieurs causes à cela et apparemment la contraception serait à l'origine. C'est ce qui commence à être de plus en plus souvent observé.
2 à 3 femmes sur 1000 en sont atteintes par an.
L'âge moyen si tant est qu'on puisse en donner un est de : 57 ans.
Il n'y a pas de signe qui pourrait indiquer la population éventuellement à risque. Toute personne peut à tout moment être atteinte. Homme ou femme mais le jeune enfant n'est pas non plus à l'abri tout comme l'adolescent(e). 

Symptômes :

  • fatigue, lassitude, épuisement
  • apnées du sommeil (provoquent des réveils en sursaut, ronflements)
  • angoisse
  • sécheresse de la peau
  • bradycardie (qui peut entraîner des palpitations)
  • oedème des paupières
  • constipation (*lire les recommandations)
  • douleurs musculaires
  • crampes
  • lenteur intellectuelle
  • troubles de la concentration
  • perte de mémoire proche
  • dyslexie
  • fragilité des ongles
  • perte de cheveux
  • voix basse et rauque
  • gain pondéral
  • état dépressif
  • troubles menstruels
  • infertilité
  • goitre (augmentation du volume de la glande thyroïde)
Liste non exhaustive
La thyroïde fabrique également des nodules.

Signes biologiques et autres qui peuvent aussi être présents :
  • carence en fer
  • hypercholestérolémie + bilan lipidique perturbé
  • bilan hépatique perturbé
  • cortisol augmenté ou diminué
  • VS augmentée
  • prurit
  • hypoparathyroïdie
Plusieurs hypothyroïdies
Hypothyroïdie primaire : la glande thyroïde ne fabrique pas assez d'hormones ou il existe un apport d'iode insuffisant. La thyroïde sera de très petite taille. La TSH est élevée, les hormones T3 et T4 seront très basses voire même hors norme minimale.
Hypothyroïdie secondaire : La thyroïde est de taille normale. L'hypophyse n'envoie pas assez de signaux à la thyroïde. . La TSH sera basse alors que les hormones T3 et T4 seront elles aussi très basses voire même hors norme basse.
Hypothyroïdie tertiaire : L'hypothalamus ne fabrique pas assez de TRH. La TRH est une hormone de l'hypothalamus pour stimuler l'anté-hypophyse à produire de la TSH qui elle doit stimuler la thyroïde. La TSH est alors elle aussi basse, comme les hormones.
Remarque : Dans le cas des maladies secondaires ou tertiaires, ce sont les traitements se référent à l'hypophyse qui seront nécessaires, dans la mesure où bien évidemment le problème peut trouver une solution médicamenteuse ou chirurgicale.
Hypothyroïdie d'Hashimoto : Ce sont les anticorps antithyropéroxydase qui détruisent la thyropéroxydase et empêchent donc la thyroïde d'avoir de l'iode et aussi les anticorps antithyroglobuline qui eux détruisent la thyroglobuline qui est nécessaire à la production des hormones. Voir : La maladie d'Hashimoto. 
Hypothyroïdie auto-immune
  1. Ce sont les anticorps antithyroglobuline UNIQUEMENT qui sont augmentés et détruisent donc la thyroglobuline. Il manque alors des hormones thyroïdiennes. Lorsque les anticorps ne seront plus actifs ou/et qu'ils diminueront, le traitement substitutif sera diminué voire même arrêté. La maladie peut cependant reprendre à tout moment et même évoluer vers une maladie d'Hashimoto.
  2. Les anticorps antirécepteurs de la TSH peuvent être positifs.
    Ils bloquent alors le signal de l'hypophyse, la TSH reste alors basse. Mais au contraire des antirécepteurs de la maladie de Basedow, ceux-ci ne stimulent pas la thyroïde. Donc les hormones sont basses. Explication plus détaillée dans la maladie d'Hashimoto.
Le traitement sera un substitut d'hormones thyroïdiennes.
Hypothyroïdie du post-partum  : C'est une hypothyroïdie qui survient dans les mois qui suivent un accouchement. Voir : Les différentes thyroïdites.
Hypothyroïdie à T3 dites de type II : La thyroïde n'est pas directement en cause. La TSH sera correcte, les T4 seront elles hautes et les T3 basses. C'est ce qu'on appelle plus courrament un problème de conversion de la T4 en T3.
Il y a plusieurs causes à cela. Voir l'article : La T3 : comment l'organisme la gère-t-il ? 
Hypothyroïdie iatrogène : Est une maladie provoquée par un traitement médical, des examens avec injections de produits de contraste ou un geste chirurgical. Peut être passagère ou définitive.

Les traitements :
Levothyrox présenté en comprimé = de 25 µg à 200 µg en passant par 50, 75, 100,....etc.
L-Thyroxine présenté sous forme de gouttes = utile lorsqu'il faut un dosage plus précis et surtout utile dans le traitement des hypothyroïdies congénitales chez les nourrissons, 1 goutte = 5 µg de T4.
Euthyral présenté sous forme de comprimé = 100 µg de T4 et 20 µg de T3 permet un apport de T3 mais est très difficile à dose, car si on augmente ou on diminue une hormone on agit de la même façon sur l'autre, ce qui n'est pas forcément l'idéal. (N'est plus remboursé sécurité sociale). 
Cynomel présenté sous forme de comprimé = peut être associé au Levothyrox lorsqu'il existe un manque de T3 (est remboursé sécurité sociale). 1 comprimé = 25 µg de T3.
Téatrois (TA3) présenté sous forme de comprimé = apport de T3 qui peut être associé au Levothyrox (pas de remboursement sécurité sociale) 
Tous ces médicaments sont pour le traitement en priorité des hypothyroïdies et la maladie d'Hashimoto.
Le Levothyrox et le L-Thyroxine sont des hormones de substitution en remplacement de la T4 que fabrique naturellement la thyroïde.
Ces hormones sont vitales à l'organisme.

RAPPEL : Le Levothyrox permet l'apport de T4 mais également permet un apport en T3 puisque la T4 est transformée par plusieurs organes en T3.
Lorsqu'il y a un manque de T4, il peut y avoir également un manque de T3.
En fonction du manque d'hormone ou de votre ressenti le dosage du Levothyrox augmentera ou diminuera si nécessaire.

IMPORTANT : en date du 31 août 2007, le laboratoire MERCK annonce que la notice de son traitement est en révision.
Les précisions pour le moment privilégiées pour prendre le comprimé, est l'attente minimale à respecter avec d'autres traitements, afin d'éviter des interactions ou des associations néfastes, seront apportées directement sur la notice, d'après le laboratoire.

Message du laboratoire :
Chère Madame,

Nous avons pris bonne note de vos commentaires concernant la notice de notre spécialité LEVOTHYROX.
Nous vous informons que la notice de LEVOTHYROX est actuellement en cours de révision. Une prochaine mise à jour verra apparaître différentes précautions d'utilisation que vous mentionnez dans votre mail.
Espérant avoir répondu à votre attente, nous vous prions d'agréer, Chère Madame, l'expression de nos salutations distinguées.

Cécile COUSTY
Responsable Médical Endocrinologie
Direction Médicale et Réglementaire
Merck Lipha Santé

Remarque 1 : Le Lévothyrox doit être prit A JEUN 20 à 30 MINUTES AVANT LE PETIT DÉJEUNER. Ceci afin d'éviter qu'une importante quantité des hormones, ne disparaisse dans le bol alimentaire et être ainsi digérée avant d'avoir rempli son rôle. Cette condition permet au Levothyrox d'agir pleinement.
Remarque 2 : Le Levothyrox n'a pas d'effet secondaire (*sauf un mais indirect). Il peut en revanche dans les premiers temps de prise, entraîner une légère sensation de mal être, une sensation de symptômes d'hyperthyroïdie, des palpitations, des insomnies, des maux de tête,..........
Ces troubles s'estompent généralement au bout de 15 jours 3 semaines au plus. Il faut le temps que le corps s'habitue à ces hormones et au dosage, car l'organisme en fait se remet en route mais de façon un peu anarchique. Si les troubles venaient à persister en revanche et que le contrôle sanguin démontre bien une tendance hyperthyroïdie soit un taux de T4 assez haut, on diminuera alors le dosage. Attention toutefois car il se peut que le trop de T4 soit en relation avec une hypothyroïdie à T3 citée plus haut. Voir l'article à ce sujet. 

Bien souvent dans ce cas on fignole un peu en ne diminuant que de ½ cp de 25 de Levothyrox. Le Levothyrox s'élimine de 50 % en 168 heures soit une semaine.
Remarque 3 : Si il y a un autre traitement médical, il faut absolument veiller à le prendre à intervalle de minimum 2 heures du Levothyrox. Ceci afin d'éviter des interactions et des associations néfastes possibles.
Remarque 4 :
  • En cas d'oubli de votre comprimé : si vous vous rendez compte de votre oubli avant midi vous pouvez le prendre de suite. Après mieux faut éviter car vous risqueriez de ne pas dormir la nuit qui suit.
  • En cas de double prise (déjà vu une prise le matin et une erreur a fait reprendre une dose le soir) : ne pas reprendre la dose le lendemain matin et ne la reprendre que le surlendemain. Ceci permettra d'éviter un surdosage et les effets négatifs qu'il pourrait entraîner : insomnies, palpitations,.....

En cas de besoin un apport de T3 par Cynomel ou Téatrois (TA3) sera possible sous surveillance médicale et surtout cardiaque. Mais il existe une très forte résistance de la part des médecins à la prescription de ces traitements.
L'Euthyral est très peu utilisé car difficile à doser et surtout peu réellement connu des médecins.
Pour en savoir plus sur les traitements voir : Les traitements pour la thyroïde. (récapitulatif)
Remarque 5 : Parfois on associe les éventuels problèmes de calculs rénaux à la prise du Levothyrox.
Ces problèmes peuvent être rencontrés chez des personnes n'ayant plus de thyroïde et prenant du Levothyrox depuis très longtemps. Cela est dû en fait, que le Levothyrox ne contient pas de calcitonine et ne contient pas non plus bien d'autres hormones que la thyroïde fabriquait en plus de la T4 et de la T3.
Rôle de la calcitonine :

Effets

L'effet hypocalcémiant de la calcitonine résulte d'une diminution de la libération de calcium par l'os, du fait de la diminution de la résorption osseuse par les ostéoclastes, et accessoirement d'une augmentation de sa fixation par l'os sous l'influence des ostéoblastes. L'effet hypophosphatémiant résulte des mêmes phénomènes. L'hypocalcémie et l'hypophosphatémie sont donc la conséquence de la diminution du catabolisme osseux.
La calcitonine augmente l'élimination urinaire de calcium, de phosphate et de sodium, mais cet effet reste accessoire par rapport à l'effet osseux.
La calcitonine a un effet vasodilatateur, à l'origine des bouffées de chaleur observées après son injection, et un effet antalgique.
Source : Pharmacorama.
Mais attention le problème n'est pas réel en ce qui concerne l'ostéoporose, comme cela est souvent signalé.
Voir l'article : Une TSH basse et l'ostéoporose.


Remarque : Un autre traitement est aussi possible mais pour les personnes vivant en Belgique ou en Suisse : Armour thyroïde. C'est à base d'extrait de thyroïde de porc.
Il contient de la T4 et de la T3. Il est sous forme de grains. 
1 grain contient : 35 µg de T4 et 8 µg de T3. 

 
L'hypothyroïdie engendre souvent des problèmes importants de constipation.
Recommandations en cas de constipation sévère :

  • manger des fruits crus et cuits
  • manger des légumes crus et cuits et surtout riches en fibres
  • manger du pain multi-céréales ou de seigle (riche en fibres)
  • boire 1 1/2 l d'eau riche en magnésium (Hépar, Courtmayeur)
  • se présenter à selles (même sans besoin réel) et faire travailler le sphincter
  • masser le ventre en formant des petites cercles en position allongée ou lors de la selle.
Si vraiment tout cela ne suffit pas consulter votre généraliste ou un médecin proctologue.
ÉVITER les suppositoires et les laxatifs. Il ne doivent être utilisés qu'en cas de constipation vraiment résistante à tout autre solution.

Liens intéressants :
La thyroïde au ralenti
Hypothyroïdie sur thyroïde ectopique.

Pour en discuter, voir forums de la catégorie : MALADIES DE LA THYROÏDE

Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

Pourquoi ce blog ?

Ma photo
Valenciennes, Nord, France
Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

Archives.