Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


lundi 4 janvier 2010

La thyroïde en question dans le diagnostic de la fibromyalgie.

A force de constater que bien des personnes diagnostiquées fibromyalgiques ont soit eu des résultats d'analyses pour la thyroïde dont les médecins n'ont pas vraiment tenus compte, car résultats dans les normes du laboratoire, ce qui satisfait bien trop souvent les médecins, ou soit que ces examens n'ont pas été fait du tout alors qu'ils sont recommandés par l'Académie de Médecine, ou soit ils n'ont pas été assez complets, je fais ici une petite mise au point.

Donc pour être bien sûr qu'en fait de fibromyalgie, il ne soit pas question d'une hypothyroïdie et/ou d'une thyroïdite d'Hashimoto qui je le précise donnent toutes les deux, les mêmes symptômes que la fibromyalgie, je vais donner quelques explications.

Les examens de la thyroïde pour qu'ils soient complets, doivent comporter : TSH, T3L, T4L + anticorps antithyropéroxydase dit aussi anti TPO + les anticorps antithyroglobuline dit aussi anti TG.

La TSH :
La nouvelle norme maximale internationale est fixée 2,5 UI/l depuis septembre 2004. Les laboratoires comme bien des médecins généralistes ou endocrinologues n'en tiennent pas compte.
Certains laboratoires ont cependant fait un effort en diminuant la norme maximale à 3 ou 3,3 ou 3,5 au plus. Ce qui rapproche déjà un peu.

De plus, il est très important de savoir que la TSH même dans les normes du labo n'est pas significative à elle seule.
La TSH est une hormone de l'hypophyse qui permet de stimuler la thyroïde pour qu'elle produise plus d'hormones ou au contraire, lui dire de ne plus en produire.
La TSH n'a aucune activité en dehors de celle-là.
La TSH peut aussi donner une indication erronée, puisque l'hypophyse a elle-même ses propres dysfonctionnements qui peuvent venir perturber les indications qu'elle donne. La TSH peut indiquer par exemple, une hyperthyroïdie, (elle sera basse), alors qu'en fait la personne va décrire des symptômes d'hypothyroïdie et les hormones d'ailleurs démontreront que c'est bien le cas, elles seront elles basses.

Les hormones :
Les T4 sont une "réserve" d'hormones que la thyroïde fabrique en très grande quantité.
Les T3 sont produites en très petite quantité par la thyroïde, la plus grosse part étant apportée par la conversion de la T4 ce qui se fait surtout par le foie, mais également toutes les cellules. Une petite partie de cette conversion est aussi obtenue par le cerveau, les intestins, les reins.
La T4 n'est donc pas une hormone active mais elle peut induire certains symptômes dit hypers si elle est trop haute par exemple.
Seule la T3 est vraiment active. Et si on veut quantifier son activité par rapport à la T4, elle 5 à 8 fois plus active que la T4.  La T3 est nécessaire à chaque cellule de notre organisme pour que cette cellule puisse jouer pleinement son rôle.

Les médecins, ont la fâcheuse tendance de dire que tout est correct à partir du moment où les résultats sont dans les normes du laboratoire. Effectivement on pourrait aussi le penser mais il n'en est rien du tout.

La TSH donc peut donner une mauvaise indication comme expliqué plus haut, mais aussi peut donner la tendance sans pour autant dépasser la norme du laboratoire. Car nous sommes tous et toutes différents et que notre hypophyse également peut fonctionner différemment.
Donc les normes du laboratoire ne doivent qu'être indicatives mais pas être interprétées au chiffre près.
Car en fait chacun d'entre nous à SES propres normes. 

Une TSH qui est plus vers la minimale indiquera donc une tendance à l'hyperthyroïdie.
Une TSH qui est plus vers la maximale indiquera donc une nette tendance à l'hypothyroïdie.
Pour mieux comprendre le fonctionnement : Petit cours d'endocrinologie.

Mais ensuite, il faut tenir compte des hormones qui elles donneront vraiment la direction à suivre, ainsi d'ailleurs que les symptômes.
Et là il faut tenir compte, si les T4 sont élevées et les T3 basses on est dans le cadre d'un hypo dite à T3. On peut avoir aussi l'inverse et là alors il s'agit d'une hyper à T3. Le problème est alors surtout la conversion qui n'est pas suffisante ou alors trop importante.
On peut aussi avoir les deux hormones très basses sous la minimale ou supérieures à la minimale mais alors très proches. Exemple : normes labo : 2 à 4,4 et le résultat est de 2,3. Si un tel résultat est celui des T3, on peut alors considéré qu'on est ici face à une hypo. Et même si le résultat est dans les normes.

Je ne donnerais ici que les symptômes de l'hypothyroïdie ou maladie d'Hashimoto (ce sont les mêmes en fait), c'est surtout elle qui nous intéresse, puisqu'elle est la plus proche des symptômes décrit pour la fibromyalgie. Mais on peut retrouver une tendance avec une hyperthyroïdie, mais c'est beaucoup plus rare.
  • Fatigue extrême
  • Constipation
  • Douleurs articulaires
  • Douleurs musculaires
  • Frilosité
  • Prise de poids malgré une perte d'appétit
  • Acouphènes
  • Palpitations cardiaques (qui ne sont pas retrouvées uniquement en hyperthyroïdie)
  • Cholestérol élevé
  • Apnées du sommeil
  • Diminution importante de la concentration intellectuelle
  • Lenteur intellectuelle
  • Perte fréquente de la mémoire proche
  • État dépressif
  • Crampes musculaires et orteils
  • Syndrome sec
  • Syndrome des jambes sans repos ou membres sans repos
  • Chute des cheveux
  • Ongles cassants et striés
  • Insomnies
  • Douleurs pharyngées (type angine)
Il en existe bien d'autres mais ceux-ci sont les plus courants.

Les anticorps :
Permettent de savoir si il y a ou pas la maladie d'Hashimoto qui est une maladie auto-immune.
Le bilan hématologique montre alors aussi des lymphocytes élevés, mais pas toujours.
La maladie comporte les mêmes symptômes qu'une hypothyroïdie qui peuvent donc être ressentis et ce même si les taux thyroïdiens donc TSH, T3L et T4L sont eux parfaitement dans les normes. La présence seule des anticorps l'un ou l'autre et encore à plus de raisons les deux, peut justifier les symptômes.
Et donc il ne sera pas question ici de fibromyalgie mais bien de dysfonctionnement thyroïdien.

Donc si vous n'avez pas eu les examens complets cités plus haut, demandez-les à votre médecin.
Si les résultats montrent effectivement des irrégularités, une échographie thyroïdienne devra être faite afin de vérifier si il existe ou pas la présence d'un goitre et de nodule(s).

Le traitement thyroïdien adapté devrait normalement très rapidement voir la plupart des symptômes diminuer voire même disparaître.

Attention toutefois, dans le cadre d'une hypothyroïdie et d'une maladie d'Hashimoto, on peut aussi très souvent trouver une insuffisance ou pire carrément une carence en vitamine D.
Cette insuffisance ou carence va accentuer les symptômes de la dite fibromyalgie ou de la maladie thyroïdienne et surtout renforcer les douleurs.
Un traitement substitutif permet alors d'améliorer la symptomatologie douloureuse et ceci sans l'aide de traitement type Lyrica  ou Cymbalta aux effets secondaires très nombreux et nocifs.
Demandez à votre médecin un contrôle de cette vitamine D, trop souvent ignorée et pourtant à l'origine de bien des problèmes également.

Un lien très important rédigé par un médecin grand spécialiste des hormones : T3-Induced Recovery from Fibromyalgia by a Hypothyroid Patient Resistant to T4 and Desiccated Thyroid*
Pour les personnes qui ne connaissent pas suffisamment l'anglais, voici le même article mais traduit par google : T3-Induced Recovery from Fibromyalgia by a Hypothyroid Patient Resistant to T4 and Desiccated Thyroid*

Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

Pourquoi ce blog ?

Ma photo
Valenciennes, Nord, France
Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

Archives.